C’est dans le cadre prestigieux du Mucem, le Musée des civilisations de l’Europe et de la Méditerranée qui a ouvert ses portes l’été dernier, que CACD a donné fin janvier une conférence au cours d’une visite de la délégation Méditerranée de l’ARSEG.

By Raphodon (Own work) [CC-BY-SA-3.0 (http://creativecommons.org/licenses/by-sa/3.0)], via Wikimedia Commons

Cette conférence a permis tous d’abord aux membres de bénéficier d’une visite exclusive de ce bâtiment exceptionnel, déjà visité par 2 millions de personnes depuis son ouverture et qui a déjà gagné d’être considéré comme « joyau architectural ».

Puis, Christophe Marchesseau, responsable de clientèle chez CACD a pu y présenter un atelier sur les enjeux de l’optimisation des surfaces et comment elles constituent un gain pour l’entreprise, tant sur le plan environnemental qu’économiques.

Le sujet choisi faisait référence à une mission menée par CACD pour conduire un réaménagement dans un temps record et, qui plus est, en impliquant les collaborateurs, pour le compte de la société ETAM, bien connue pour ses lingeries.

Le constat qui a été fait était celui d’une croissance organique et sans plan directeur des différents services tout au long des années, qui avaient petit à petit gagné en taille et en espace. Il résultait de cette expansion un ensemble sur 14 000 m2 dont finalement personne n’était satisfait et dont on ne percevait plus le sens d’origine.

L’intervention de CACD a consisté à prendre le temps d’écouter les besoins fonctionnels de chacun et à faire travailler ensemble différents services pour produire des aménagements communs plus fonctionnels. C’est par l’observation des situations de travail qu’on été imaginées les différentes solutions propres à optimiser, par exemple, le traitement des archives, des anciennes collections, des tissus… Un schéma directeur est né de ce travail coordonné par CACD, qui a été validé puis exécuté en maîtrise d’œuvre.

À l’issue de cette mission, ce sont près de 4700 m2 qui ont pu être dégagés pour une utilisation plus rationnelle de l’espace au bénéfice de ses occupants, soit une économie d’espace de près de 35% ; un résultat qui a pu être obtenu grâce à la participation et à l’adhésion de tous les acteurs de l’entreprise.

Cet atelier a été reçu avec intérêt par la délégation présente ; elle démontre comment l’association des utilisateurs et une observation fine des habitudes de travail permettent de repenser les espaces de travail au bénéfice de tous.